Moi, Moi, Moi

Ces lettres non  envoyées 

 

Dernièrement j’ai lu un livre qui s’intitule « Les lettres que je n’ai pas envoyées » de Françoise Dorin, aux éditions Plon et cela m’avait d’ailleurs servit de photo pour le projet 52 Du blog « C’est quoi ce bruit » (mais ça j’en reparlerai plus tard). Ce livre est top, elle écrit une lettre à sa pilule, à son bureau, à l’’abominable femme du mois d’août « , qui nous agace toutes avec ses défilés de mode sur la plage…A  » l’obsédée des calories « , beaucoup plus charmante avec quelques centaines de grammes en plus !A une adorable Gramy torturée par sa petite-fille bien de son temps…A son nombril, à son carnet d’adresses, à sa muse, aux  » étoiles filantes  » de la télévision, à l’autre face d’elle même, sa moitié grognon qu’elle appelle  » Paule Nord « ….

 

Et cela m’a donné une idée, si je devais envoyer des lettres comme ça, à qui j’écrirais ?

 

D’abord j’écrirais une lettre à moi, moi mais dans 10 ans, pourquoi ? Pour voir si mes attentes se sont réalisées, si la vie que je me souhaitais s’est accomplie, si je suis devenue celle que j’espérais.

 

Ensuite, j’écrirai à ma fille, pour qu’elle sache toujours combien je l’aime, combien elle a enrichie ma vie, combien elle est fantastique, comme je suis fière d’elle et qu’il faut qu’elle croit en elle toujours, et qu’elle croit en ses rêves.

 

Puis j’écrirai à mes parents, une longue, très longue lettre, pour leur dire comme je tiens à eux, comme je les remercie de m’avoir offert cette vie, de m’avoir permis de devenir celle que je voulais devenir, de m’avoir laissé croire à mes rêves, à mes passions, de m’avoir soutenue, encore et encore, de m’avoir encouragée, même si eux n’y croyaient pas, d’avoir fais de moi celle que je suis devenue aujourd’hui, et d’avoir toujours été là dans les bons et mauvais moments… Et encore tellement de choses…

 

J’écrirai à tous mes instits, profs qui ne croyaient pas en moi, qui me voyaient comme une enfant incapable, fainéante, qui ont ruiné ma scolarité, juste pour leur dire que malgré ce qu’ils pensaient, j’ai réussi !

 

J’écrirais à mes étoiles, à eux là-haut, pour leur dire comme ils me manquent, comme la vie ici sans eux est parfois difficile, leur dire que je regrette de ne pas avoir été plus présente pour eux quand ils étaient encore là, comme je regrette de ne jamais leur avoir dit que je les aimais, comme je suis parfois malheureuse qu’ils n’aient pas connus ma vie de maintenant, ma fille, mon mari, et leur dire que j’espère qu’ils sont fière du chemin que j’ai parcouru et qu’ils sont fiers de moi simplement.

 

J’écrirai moi aussi, comme Françoise Dorin, une lettre à ma pilule et au médecin qui le 1er me l’a prescrite, sans se renseigner, sans poser les bonnes questions, sans chercher, et à cause de qui le 25 Avril 2006, j’ai failli passer de l’autre côté du miroir, à cause de qui la vie de 3 personnes auraient pu être brisées par le chagrin, et aussi à lui ce médecin qui ce jour-là m’a annoncé en riant que j’étais en train de faire une embolie pulmonaire à 22 ans !

 

J’écrirais à ma meilleure amie, celle qui est à mes côtés depuis bientôt 20 ans, juste pour lui dire ce qu’on ne se dit jamais, par fierté, ou par timidité que je l’aime tout simplement !

 

J’écrirais à tous mes «élèves, stagiaires » rencontrés chaque jour depuis maintenant un peu plus de 5 ans, qui font de ma vie professionnelle un véritable bonheur, qui font que chaque jour j’arrive au boulot avec le sourire, malgré le vent, la pluie, la distance qui me sépare parfois de mon lieu de travail.

 

Et enfin je lui écrirai à lui, lui qui lisait son journal dans la voiture à côté de la mienne le 12 septembre 2003, lui qui par 3 petites lettres a changé ma vie, lui qui malgré toutes les épreuves, galères et autres problèmes a su rester à mes côtés, a su me soutenir contre vents et marées, me comprendre, m’aider, m’écouter, me parler, me secouer quand c’était nécessaire, lui qui ne passe pas une journée sans me dire ou m’écrire ces 2 petits mots si simples mais si importants Je t’aime, lui qui l’hiver est capable de se lever à 5h30 en même temps que moi, alors qu’il ne travaille pas, juste pour que quand je sorte de la salle de bains, mon café soit prêt et ma voiture dégivrée, lui qui a essuyé mes larmes quand c’était trop difficile, lui qui parfois m’a porté à bouts de bras pour me faire sortir la du trou, lui qui suit mes idées les plus folles, même s’il n’y croit pas forcément, lui qui depuis maintenant 12 ans est à mes côtés, lui mon mari, mon ami, mon amant, mon âme sœur !

 

 

Et vous a qui vous écririez ?

Publicités

Si vous avez quelque chose à dire, dites le ici ;-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s